• Renaud

Le planar, magnetic planar, planar magnetic ou magnétique planaire... Kézako ?

Extrêmement riche et prolifique, le monde Audiophile se compose de très nombreuses technologies aux appellations parfois ésotériques.


Penchons-nous ici sur le Planar Magnetic, Magnetic Planar, ou encore Magnétique Planaire.


De nombreuses marques proposent des casques à technologie Planar : Audeze, Meze Audio, Hifiman, ZMF, Dan Clark Audio, Kennerton, Sivga Audio ou encore Sendy Audio.

C'est une technologie ayant eu ses lettres de noblesse dans les années 1970, mais qui ne prends pas une ride...

La technologie se démocratise aujourd’hui, les poussées et avancées technologiques permettent de décliner et développer vers la miniaturisation et certaines marques proposent désormais des casques à technologie Planar à des prix très intéressants, ou des encombrements moindres...

Mais qu’est-ce qui rend un driver planaire si différent, et, selon de nombreux utilisateurs, meilleur qu’un driver dynamique ?



Avant de se pencher sur ce qu’est un driver planar, il est déjà nécessaire de comprendre ce qu’il n’est pas. Le Planar n’est pas du dynamique. Il n’est pas non plus du électrostatique. Il serait en quelques sortes un hybride, une combinaison des deux mondes pour en tirer le meilleur.




Le driver dynamique :


Le haut-parleur dynamique est le plus commun, le plus simple, et le plus abordable du marché.

Il est composé d’un moteur, lui-même composé d’une bobine enroulée très serré, qui a la particularité d’être mobile (C’est la bobine… mobile !), et est entourée d'un aimant Néodyme. La bobine est reliée à un diaphragme (ou cône, pour un haut-parleur d’enceinte).

Le driver dynamique fonctionne selon le principe d’induction électromagnétique qui consiste en l’application d’une force électromagnétique, la force de Laplace, à un élément conducteur parcouru par un courant placé dans un champ magnétique.

Dans le moteur du haut-parleur, un courant électrique parcourt la bobine mobile qui est soumise au champ magnétique de l’aimant. Un mouvement en résulte, qui est transmis à la membrane. Cette membrane va vibrer, et créer des ondes sonores: le son que vous entendez.


Un casque dynamique peut être de type clos (ou fermé), comme le Sivga Audio Robin.

Il peut également est ouvert, avec généralement des grilles sur les oreillettes du casque, comme le Sivga Audio Phoenix.


Nous reviendrons dans un prochain article blog sur les différences entre un casque fermé et un casque ouvert !




Le driver électrostatique :


Le driver électrostatique est plus complexe à fabriquer. Certains en ont fait leur signature : Stax pour les casques, Martin Logan ou Magnepan pour ne citer qu’eux pour les enceintes.

Ici, la bobine et le diaphragme ne font qu’un. La membrane ainsi constituée est chargée d’électricité, et est placée entre deux plaques métalliques perforées, ou maillage d’électrodes. Un côté est chargé positivement, l’autre côté négativement.

La régulation de la charge électrique dans les plaques ou électrodes permet de déplacer la membrane, en la faisant vibrer. Des ondes sonores sont ainsi créées.

Les casques Audio électrostatiques sont très généralement plus onéreux que les casques dynamiques. Leur construction étant plus complexe, peu de fabricants se frottent à cette technologie... Par ailleurs, en raison de tous les éléments à alimenter électriquement (la membrane et les électrodes), les besoins en électricité pour fonctionner sont importants. D’ailleurs, la majorité des amplificateurs traditionnels permettant d’alimenter un casque Dynamique ou Planar ne sont pas suffisamment puissants.




Le driver Planar :


Le driver magnétique planaire mélange en quelques sortes les grands principes de fonctionnement du dynamique et de l’électrostatique.

La bobine est située directement sur la membrane, qui se doit d’être plutôt de grande dimension. La bobine recouvre en générale une grande partie de cette surface, répartissant ainsi mieux le courant et les vibrations de la membrane.

Des aimants électriquement actifs et très précis et se situent généralement de part-et-d ’autre de la membrane conductrice, et les variations du champ magnétique généré par les électro-aimants font entrer la membrane en vibration, créant ainsi les ondes sonores.


L’inconvénient d’un casque planar réside généralement dans le fait qu’une amplification relativement puissante est nécessaire. Par ailleurs, la taille des membranes et par conséquent du casque rendent ce type de produit difficile à utiliser en dehors d’une utilisation sédentaire.


Cela étant dit, les performances d’un driver planar magnetic sont telles que leur restitution sonore est précise et détaillée, les mettant sur un pied d’égalité avec les qualités sonores d’un casque électrostatique.


Avantage cependant au planar : en jouant sur le type et le nombre d’aimants, le type de membrane sur laquelle est fixée la bobine, le type et le nombre de bobines, un casque planar est en mesure d’offrir de nombreuses variations : plus de chaleur, plus de rondeur, plus de clarté, plus de définition, plus de scène sonore, etc…

Chaque composition est ensuite à la discrétion du fabricant, qui donnera une âme et une signature sonore à ses propres produits.

Un casque comme le Sendy Audio Aiva ou le Sivga Audio P-II, par exemple, utilise une structure relativement classique de driver planaire :

Deux aimants, de part et d’autre d’une membrane constituée d’une seule bobine.









Un casque comme le Sendy Audio Peacock emploie une nouvelle manière de placer les bobines sur la membrane :

Deux aimants, comme d’habitude, et une membrane comportant une bobine sur chacune de ses faces. Chaque bobine se compose de deux bobines, de caractéristiques différentes, réagissant à des degrés différents au champ magnétique. C’est la technologie Quad Fomer.


86 vues0 commentaire